L’économie circulaire, concilier la gestion des déchets et la relance économique

Créer une nouvelle dynamique économique et réduire l’impact du traitement des déchets sont les deux objectifs principaux de l’économie circulaire. Avec les solutions actuelles pour valoriser les biodéchets, de nouvelles voies s’ouvrent pour atteindre ces objectifs.

Zéro déchet, Zéro gaspillage

 

La transition énergétique est une question qui a commencé à être posée dans les années  1990 en France comme au niveau mondial. Le volume des déchets n’a eu de cesse  d’augmenter et leur traitement est devenu très énergivore. Pour répondre à ce problème, l’État  français a mis en place des lois et des sources d’information à destination des particuliers, des  entreprises et des collectivités, notamment avec la création de l’ADEME. L’agence pour la  transition énergétique ne se cantonne pas à définir des pistes pour favoriser cette transition,  elle offre de nombreuses réponses pour concilier les objectifs de la réduction de l’impact des  déchets sur l’environnement et une nouvelle vision de l’économie, créatrice d’emplois et de  lien social. L’ambition de ces dispositifs d’aide et d’information est d’aller vers le Zéro  déchet, Zéro gaspillage. Avec le concept d’économie circulaire, celui d’économie de la  fonctionnalité prend en compte les questions liées aux problèmes environnementaux comme  sociétaux. Les solutions innovantes pour composter les biodéchets sont une réponse à ces  questions. 

 

Compostage des déchets et économie circulaire

 

La valorisation des biodéchets permet de réduire l’empreinte carbone des entreprises, des  collectivités et des particuliers puisque le résultat de cette transformation peut être utilisé  comme amendement organique, à la place d’engrais chimiques. La prise de conscience  actuelle sur la capacité du sol à retenir le carbone mais aussi les conséquences des  pollutions liées à l’utilisation intensive de produits phytosanitaires sont des enjeux pris en  considération par les États dans le monde entier. De plus, la création d’emplois est une  conséquence de cette nouvelle dynamique économique, appelée économie circulaire. Ce  développement de l’emploi a été observé lors de la mise en place du recyclage des matières  organiques. Les chiffres de l’ADEME parlent d’eux-mêmes. Le nombre d’emplois créés  selon le mode de traitement des déchets (pour 1000 tonnes traitées) est de 1 pour la mise en  décharge, de 3 à 4 dans le cas d’une incinération, et de 11 avec le compostage ou la  méthanisation. 

Tarra est distributeur agréé des composteurs Oklin. Ces unités de compostage accéléré électromécaniques transforment les biodéchets en amendement organique, réutilisable pour  la fertilisation et l’amendement des sols. Lisez notre article sur le compostage accéléré et  suivez-nous sur les réseaux sociaux pour en savoir plus !

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
Le compostage accéléré sur place, une innovation au service de l’environnement et de la fertilisation des sols

Le compostage accéléré sur place, une innovation au service de l’environnement et de la fertilisation des sols

L’impact des déchets sur l’environnement est un enjeu crucial désormais encadré par la loi sur la transition énergétique et pour la croissance verte. C’est en particulier l’article L 541 qui donne le cadre légal pour la chaîne de gestion des déchets (tri, collecte, traitement, valorisation, recyclage, etc.) Tarra propose des solutions d’une grande efficacité pour relever ce défi, basées sur le traitement sur place par compostage accéléré des biodéchets.